L’élément déclencheur de ce projet est la rencontre avec les mots de Laura Vazquez. Le message est ciselé, il y a une urgence à dire, à répéter, à scander, à expulser le sens. 

L’écriture contemporaine de Laura Vazquez, fortement empreinte de rythme, de tempi, de cadences effrénées, nous questionne sur notre rapport à nos corps, à nos vies, à nos sociétés. 

 

La maison tombe, lentement, 

elle tombe lentement, 

les enfants tombent lentement, 

ils tombent lentement, 

leurs bouches tombent lentement, 

les bouches des enfants vont lentement, 

et leurs jambes tombent lentement, 

leurs jambes tombent lentement, 

tout tombe lentement, 

la ville tombe, 

elle tombe, elle tombe lentement, 

la ville tombe, elle tombe doucement, 

depuis longtemps, 

depuis beaucoup de temps, 

la maison tombe et les gens tombent, 

les bouches tombent et les gens tombent (…)

 

« Tout tombe tombe » Laura Vazquez 2014

J’ai plié ma langue met en lumière les points de rencontre entre les textes de Laura Vazquez -fortement empreints de rythme et d’inflexions- et l’interprétation vocale et instrumentale de deux performeurs(se) : l’une ayant pour langage principal la voix, l’autre utilisant la percussion au sens large comme vecteur majeur.

J’ai plié ma langue cherche à comprendre comment un texte à fort potentiel rythmique peut contaminer et la voix et déclencher un travail de composition pour percussion et voix, en créant de nouvelles partitions vocales et instrumentales qui puissent se superposer, s’interposer. 

Au cours de cette recherche, il s’agit de laisser surgir un matériel musical mixte ayant la capacité de créer la matière nécessaire afin d’envisager un axe dramaturgique nouveau pour nous.

 

J’ai plié ma langue a pour point de départ l’épicentre des images créées par la poétesse et se laisse délibérement la possibilité de ne pas connaitre le point d’arrivée. 

Sur le plan scénique, la lumière et la vidéo sont conçues comme une matière plastique qui met en relief la dimension rythmique des poésies.

J’ai plié ma langue s’articule sous forme de chapitres, au nombre de quatre. Ils sont conçus comme des scènes indépendantes les unes des autres qui se succèdent de manière parfois évidente, parfois absurdes, tout comme les images que crée Laura Vazquez.

Work in progress / juillet 2020 / Théâtre de Die (FR)

Concept I Schoß Company

Voix I Lisa Tatin

Percussions I Till Lingenberg

Stage design I Simona Gallo

Sound I Yago Loretan

Création le 9 octobre 2021 au Théâtre Alizé (Sion VS)

10.11.2021Théâtre Alizé (Sion VS)

13.11.2021Théâtre Alizé (Sion VS)

14.11.2021Théâtre Alizé (Sion VS)

15.11.2021Théâtre Alizé (Sion VS)

16.11.2021Théâtre Alizé (Sion VS)

Production I Schoß Company

Avec le soutien du Canton du Valais - Service de la Culture, Prohelvetia, Fondation Nestlé pour l'Art